Le Sénat canadien coûte de plus en plus cher aux contribuables canadiens soit 20 millions de plus par année

La Chambre haute coûte plus de 20 millions de plus par année qu’il y a cinq ans. Le Sénat a coûté 85,4 millions de dollars aux contribuables au cours de l’exercice financier 2014-2015, soit avant l’arrivée de Justin Trudeau au pouvoir. Si on indexe ce montant à l’inflation, on arrive à 90 millions en dollars de 2019. Pour l’exercice 2019-2020, la Chambre haute a reçu 114 millions, une augmentation de 33,4 % en cinq ans. Le Sénat dépense des millions de dollars de plus en recherche, en frais de bureau, en frais de déplacement et de subsistance, en technologie de l’information (TI), en ressources humaines et en relations avec les médias, et il a embauché des dizaines de nouveaux fonctionnaires à temps plein. Les comités sénatoriaux voyagent aussi davantage. Le Comité des ressources naturelles a par exemple entrepris une tournée pancanadienne au printemps pour étudier le projet de loi C-69 remaniant l’évaluation des grands projets énergétiques. Cela a entraîné des dizaines de milliers de dollars en nouveaux coûts pour la Chambre haute. Contrairement à ce qui avait cours en 2014-2015, le Sénat compte maintenant un effectif presque complet avec 100 de ses 105 sièges occupés.

L’ajout de quelques sénateurs n’explique toutefois pas toutes les hausses de coûts, puisque les dépenses prévues pour l’exercice en cours sont nettement plus élevées que la dernière fois que l’institution ne comptait que peu de sièges vacants. En 2013-2014, quand sept postes étaient vacants, la Chambre haute a coûté aux contribuables environ 88 millions (94 millions en dollars de 2019). Et depuis 2015, le Sénat a pu se décharger de quelque 6 millions en dépenses annuelles de sécurité grâce à la création du Service de protection parlementaire, qui a fusionné les services de sécurité des Communes et du Sénat en un seul service de sécurité pour toute la colline du Parlement. La fusion a ainsi éliminé des livres du Sénat la plupart des dépenses liées à la sécurité. Tout compte fait, cet endroit coûte aux contribuables environ 20 millions de dollars de plus par année, même si l’on tient compte des postes vacants et de l’inflation. Ce chiffre ne comprend pas les économies de sécurité.

Pour recevoir les dernières nouvelles par email