LA MALÉDICTION DES VILLAGES DE CÉLIBATAIRES

Source : magazine Carrefour Floride cliquez : http://www.carrefourfloride.com

Par Richard Johnson

En Chine, dans cinq ans, on comptera entre 10 et 40 millions d’hommes en trop. Des hommes en âge de se marier et qui ne trouvent pas de femmes à marier parce qu’il n’y en a pas. Mortes! Non nées à cause des avortements. Une histoire terrible. Dans des milliers de villages, les hommes en âge de se marier ne trouvent pas de femmes. Ce phénomène, hérité de la politique de l’enfant unique et des avortements sélectifs, engendre des frustrations grandissantes porteuses de comportements violents. En Chine, chez les paysans, et dans de nombreux autres pays, la naissance d’une fille est souvent considérée comme une catastrophe. La technologie avec l’apparition des écographies a accéléré le massacre : quand on découvre que le foetus est féminin, dans des millions de cas, on choisit l’avortement. La loi interdit aux médecins de révéler aux parents le sexe de leur enfant, pour éviter les avortements sélectifs, mais un pot de vin permet souvent de venir à bout des scrupules des praticiens.  Souvent, si on ne peut avoir qu’un seul enfant, on préfère un mâle au lieu d’une fille qui ne rapportera pas et qu’il faudra marier un jour.

Un dicton chinois dit qu’élever une fille, c’est comme cultiver un champ pour quelqu’un d’autre. Cela veut dire que l’on paie toute sa vie pour la voir partir ensuite dans une autre famille. Le nom des parents se perd, personne pour cultiver les champs et personne pour s’occuper des parents à l’âge de la vieillesse. C’est l’autre famille qui gagne tout. En effet, pour compenser l’absence de filets sociaux, les enfants ont le devoir de prendre en charge leurs parents lorsqu’ils ne sont plus capables de s’assumer. Des millions de jeunes désoeuvrés, dans la fleur de l’âge, sans espoir, sans possibilité de travail rémunérateur traînent leur misère dans les villages. Non seulement on a fait moins de filles, mais ces dernières quittent les villages pour les grandes villes ou les possibilités sont immenses : travail, argent et mariage. Plus de 50 villes chinoises comptent au moins 1,5 million d’habitants chacune ! Selon une étude publiée par l’Académie chinoise des sciences sociales, le pays pourrait connaître un surplus de 30 à 40 millions d’hommes d’ici à 2020. Plus de 10 millions d’entre eux ne trouveront jamais de femmes, engendrant des conséquences explosives dans une société où le mariage revêt une importance capitale pour affirmer son statut social.