WASHINGTON A COMPRIS ET RENONCE À SES TARIFS DOUANIERS SUR L'ALUMINIUM CANADIEN PERMETTANT À OTTAWA DE RENONCER AUX REPRÉSAILLES PRÉVUES

À quelques heures d’une riposte annoncée par Ottawa, la Maison-Blanche a annoncé qu’elle renonçait à ses nouveaux tarifs douaniers de 10 % sur l’aluminium canadien moyennant une limitation des exportations. Après avoir consulté le gouvernement canadien, les États-Unis prennent acte que le commerce de l’aluminium brut non allié devrait se normaliser au cours des quatre derniers mois de 2020, les importations diminuant fortement par rapport aux bonds constatés plus tôt cette année, indique un communiqué du bureau du représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer. Le communiqué indique que les importations mensuelles moyennes devraient diminuer de 50 % par rapport à la moyenne mensuelle enregistrés entre janvier et juillet. Les États-Unis affirment s’attendre à ce que les volumes mensuels pour le reste de l’année ne dépassent pas 83 000 tonnes en septembre, 70 000 en octobre, 83 000 en novembre, puis 70 000 en décembre. Si les exportations canadiennes d’aluminium dépassent le volume prévu pour un mois donné, les États-Unis disent s’attendre à ce que les expéditions du mois suivant diminuent d’un montant correspondant. Sur la base de ces attentes, Washington dit avoir décidé d’appliquer de nouveau le principe de libre-échange, c’est-à-dire l’absence de droits de douane, et ce de manière rétroactive au 1er septembre.

La nouvelle a été bien reçue à Ottawa où la vice-première ministre Chrystia Freeland et sa collègue Mary Ng, ministre de la Petite Entreprise et de la Promotion des exportations se sont déclarées satisfaites de la décision du gouvernement américain de renoncer autarifs douaniers de 10 % qu’il s’apprêtait à imposer sur l’aluminium canadien. Désirant éviter une escalade dans ce secteur commercial critique avec les États-Unis, la ministre Mary Ng a déclaré que son gouvernement renonçait également aux représailles qu’il s’apprêtait à imposer sur les exportations américaines au Canada. Nous n’avons rien concédé. Nous maintenons notre droit de pouvoir riposter si jamais les Américains devaient imposer de nouveaux tarifs du genre. Et nous sommes prêts à le faire, a prévenu Mary Ng. Le bureau du représentant américain au Commerce précise pour sa part qu’il continuera à surveiller le commerce de l’aluminium et qu’il imposera de nouveau ces tarifs si les niveaux d’exportations augmentent de manière inattendue. Les nouveaux tarifs douaniers sur les exportations d’aluminium étaient entrés en vigueur à la mi-août, malgré l’Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM). Ils touchaient essentiellement des alumineries implantées au Québec, principal producteur au pays.CBC