• Publicite pour Julie Murray - agent immobilier en FloridePublicite pour Transport Bob
  • Publicite pour SonomadPublicite pour Martina Marcel - agent immobilier en Floride

COMME AU CANADA, LES PARENTS CHINOIS NE VEULENT PLUS DE NOMBREUX ENFANTS

La Chine pourrait bientôt abandonner totalement sa politique de limitation des naissances, vieille de près de 40 ans. Problème : la plupart des parents n’ont aujourd’hui plus envie d’avoir davantage d’enfants. Inquiet du vieillissement de la population, le gouvernement envisage de mettre fin d’ici 2020 aux restrictions sur le nombre de bébés que les couples peuvent avoir, selon un projet législatif rapporté lundi par la presse officielle. Le pays le plus peuplé du monde avait lancé sa politique de « l’enfant unique » en 1979. Une mesure coercitive parfois appliquée au prix d’avortements forcés, d’amendes et de stérilisations. Début 2016, la Chine avait autorisé tous les couples à avoir deux enfants, espérant gonfler et rajeunir sa population (1,4 milliard d’habitants).

 

Mais, les femmes chinoises repoussent de façon croissante l’âge auquel elles ont leur premier bébé, notamment parce qu’elles entendent d’abord privilégier leur carrière professionnelle. Autre facteur qui contribue à freiner les envies de maternité : les coûts de l’éducation en Chine, bien plus élevés comparativement à l’Occident. Des économistes pointent ainsi le risque pour la Chine de « devenir vieille avant de devenir riche ». Et que les travailleurs soient trop peu nombreux pour payer les retraites d’une population vieillissante. Selon la Banque mondiale, la proportion de Chinois âgés de plus de 60 ans va ainsi bondir de 15 % (2015) à 36,5 % (2050). PAR Michel Séguin