• Publicite pour Julie Murray - agent immobilier en FloridePublicite pour Transport Bob
  • Publicite pour SonomadPublicite pour Martina Marcel - agent immobilier en Floride

ALBERT BENZRIHEM, AVOCAT REPRÉSENTANT EXCLUSIVEMENT LES VICTIMES D'ACCIDENTS RESPECT DES DÉLAIS ET DROIT DE POURSUITE ENTRE CONJOINTS

Avocat aguerri et connaissant à fond les lois floridiennes qui s’appliquent en cas d’accidents survenant aux Québécois, quelle qu’en soit la nature, Me Albert Benzrihem insiste sur l’importance de respecter les délais qui s’imposent lorsqu’une personne souhaite intenter une poursuite contre une partie responsable à la suite d’une chute ou d’un accident de voiture. Dans les cas d’accidents de voiture ou de chutes, le délai de prescription est de quatre ans, sauf si la chute survient sur le site d’un édifice gouvernemental, il faut alors aviser la partie défenderesse avant trois ans de l’intention de poursuivre. Si, lors d’une croisière, un incident survient sur le paquebot, le délai n’est que d’un an, alors que sur une embarcation de navigation de plaisance, il est de trois ans. Une négligence médicale ou pharmaceutique est assortie d’un délai de deux ans qui peut être prolongé de trois mois en avisant la partie qu’on entend poursuivre.

Poursuite entre membres d’une même famille

Lors d’un accident de voiture et que le conducteur québécois en est responsable, son époux ou épouse, son conjoint ou conjointe ou leur enfant passager dans l’auto peuvent faire une réclamation envers la compagnie d’assurance du membre fautif de cette famille en plus d’adresser, indépendamment, une réclamation auprès de la Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ).  « Et si la compagnie d’assurance canadienne tente de contester son obligation, explique Me Benzrihem, elle peut se voir accuser de mauvaise foi ce qui, selon la jurisprudence des cours d’appel de la Floride, peut lui valoir de verser une indemnisation qui pourrait dépasser le montant limite prévu à la police d’assurance. Mais, dans la plupart des cas, ces dommages physiques ou psychologiques consécutifs à un accident se règlent à l’amiable, les compagnies d’assurance constatant que je suis bien au fait des lois et des jurisprudences qui s’appliquent. » Avec ses presque 35 ans d’expérience auprès de victimes québécoises d’accidents, Me Albert Benzrihem, offre gratuitement la première consultation et prélèvera seulement un pourcentage lors du règlement intervenu au bénéfice de son client. Par Yvan Sinotte

Accidents – Blessures Albert Benzrihem Avocat P.A

Consultation gratuite 855-avocat9

855 286 2289

benzrihemlaw@aol.com    accidentfloridaattorney.com