• Publicite pour Julie Murray - agent immobilier en FloridePublicite pour Transport Bob
  • Publicite pour SonomadPublicite pour Martina Marcel - agent immobilier en Floride

COMPARITIVEMENT À L’ÉPOQUE DES BABY BOOMERS LES ADOS D’AUJOURD’HUI BOUDENT LE SEXE

Par Richard Johnson : Selon le magazine américain pour ados, Teen Vogue, la vie sexuelle des adolescents et des jeunes adultes est en berne. Pour leurs grands-parents, c’était l’amour libre, pour eux, c’est la chute libre. Les adolescents commencent leur vie sexuelle plus tardivement. Entre 1991 et 2017, d’après l’enquête sur les comportements à risque des jeunes réalisée par les Centre-américains de prévention et de lutte contre les maladies, le pourcentage d’adolescents âgés de 14 à 18 ans ayant eu des rapports sexuels est passé de 54 % à 40 %. Autrement dit, en l’espace d’une génération, ce n’est plus une majorité, mais une minorité d’ados qui a des rapports sexuels. Pendant ce temps, le taux de grossesses adolescentes aux États-Unis a chuté de 30 %. Depuis quelques années, Jean M. Twenge, professeure de psychologie à l’Université d’État de San Diego, publie des recherches visant à expliquer pourquoi la vie sexuelle des Américains est en déclin. Dans son dernier livre, Génération Internet elle note que les jeunes adultes d’aujourd’hui auront moins de partenaires sexuels que les membres des deux générations précédentes.

Les Américains nés à la toute fin des années 1990 ont 2,5 fois plus de chance de pratiquer l’abstinence sexuelle que les membres de la Génération X [nés entre les années 1960 et le début des années 1980] au même âge ; 15 % déclarent n’avoir jamais eu de rapport sexuel depuis l’entrée dans l’âge adulte. Tout le monde est touché. Entre la fin des années 1990 et 2014, selon Mme Twenge, le nombre de rapports par an chez l’adulte moyen est passé de 62 à 54.  Le jeune adulte moyen, en 2018, a moins de rapports sexuels que ses homologues des générations précédentes. Wow! Tout un décalage entre la perception de la réalité, et la réalité, alors qu’on a l’impression, avec toute cette porno qui nous entoure, serait qu’on vit dans Sodome et Gomorrhe. Sexologues, psychologues, économistes, sociologues, thérapeutes, enseignants, philosophes, ils cherchent tous à comprendre le pourquoi de la chose. Il y a des dizaines de pistes de réponses, mais rien n’est certain. Au Japon, c’est la déprime totale. En 2005, un tiers des célibataires japonais âgés de 18 à 34 ans étaient vierges ; en 2015, ce chiffre était de 43 %! Hara-Kiri.

 MAGAZINE CARREFOUR FLORIDE

SOURCE : http://www.carrefourfloride.com