L'ex-Premier ministre écossais Alex Salmond acquitté d'agressions sexuelles
Source: , | March 23rd, 2020

Accusé par dix femmes d'agressions sexuelles et tentatives de viol, l'ex-Premier ministre écossais Alex Salmond a été acquitté lundi, épilogue d'une affaire qui a terni l'image de ce ténor de la cause indépendantiste. 

L'ancien responsable politique de 65 ans, qui a dirigé le gouvernement écossais de 2007 à 2014 et mené l'Ecosse au seuil de l'indépendance, clamait son innocence.

Durant son procès devant la Haute cour d'Edimbourg, il avait dénoncé des "exagérations" et des "inventions" à motivation politique. 

Il était accusé de 13 agressions sexuelles, attentats à la pudeur et tentatives de viol contre neuf femmes, présumées avoir été commises entre juin 2008 et novembre 2014, notamment dans sa résidence officielle. 

Une quatorzième accusation d'agression sexuelle, portée par une dixième femme, avait été levée durant le procès, faute de preuve. 

Après le verdict du jury, tombé au terme de onze jours de procès, Alex Salmond a déclaré que sa foi dans la justice écossaise en était ressortie "renforcée". 

Dans le sillage de #MeToo

"Quel que soit le cauchemar que j'ai vécu ces deux dernières années, ce n'est rien comparé au cauchemar que chacun d'entre nous vit actuellement", a-t-il ajouté en faisant référence à la pandémie de nouveau coronavirus.  

Lors de la première audience le 9 mars, une ancienne collaboratrice du gouvernement écossais avait affirmé qu'Alex Salmond avait tenté de la violer en juin 2014 dans sa résidence officielle de Bute House. 

Elle avait expliqué avoir été embrassée de force et de manière répétée sur le visage et dans le cou par l'ex-leader à l'imposante carrure, après un dîner avec d'autres participants. 

Peu après "il était totalement sur moi, m'embrassant, arrachant mes vêtements. Tout s'est passé très vite", avait-elle poursuivi, émue. 

"Humiliée", elle avait gardé le silence avant de finalement dénoncer les fait dans le sillage de l'affaire Harvey Weinstein. 

Les accusations portées par des stars de Hollywood contre le puissant producteur de cinéma américain, récemment condamné pour agression sexuelle et viol, avaient libéré la parole des femmes et initié le mouvement #MeToo. 

Une autre accusatrice avait également décrit une agression à Bute House, affirmant avoir dû se débattre face aux assauts d'Alex Salmond qu'elle avait comparé à une "pieuvre".

Alex Salmond a longtemps été l'homme fort de l'Ecosse, à la tête du Scottish National Party (SNP) qu'il a dirigé en tout pendant 20 ans et dont il a fait le plus grand parti local. 

En 2014, il avait toutefois jeté l'éponge après la victoire du "non" lors du référendum sur l'indépendance. 

Reprenant le flambeau de la bataille indépendantiste, qui a gagné en vigueur depuis le Brexit, Nicola Sturgeon, la "First Minister" actuelle, avait alors exprimé son "énorme tristesse" de voir partir son "ami et mentor pendant trois décennies". Avant de prendre ses distances. 

Quelques mois avant son inculpation en janvier 2019, l'ex-responsable politique au visage rond et à l'air bonhomme avait quitté en août 2018 le SNP afin de ne pas porter préjudice à cette formation. 

Depuis sa retraite politique, Alex Salmond anime un talk show controversé sur la chaîne de télévision d'information en anglais RT (ex-Russia Today), financée par l'Etat russe.

mpa/gmo/lpt