• publicite chartwellpublicite Transports Corbeil
  • publicite pour la Desjardins Bankpublicite pour Tourmed

"Personne n'est épargné": généralisation de la peine de mort en Iran
Source: , | October 8th, 2020

Hommes, femmes, et même enfants une fois qu'ils sont majeurs: "Personne n'est épargné" par la peine de mort en Iran, où plus de 190 personnes ont été exécutées sur les neuf premiers mois de l'année 2020, dénonce un rapport jeudi de la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH).

Deuxième du classement international des pays pratiquant la peine de mort derrière la Chine, l'Iran a exécuté au moins 251 personnes en 2019, selon les chiffres (non officiels) recueillis par l'ONG qui publie son rapport à l'occasion de la journée internationale contre la peine de mort, le 10 octobre.

Infractions liées à la sexualité, la religion, la politique, l'économie: "L'écrasante majorité des crimes passibles de la peine de mort en Iran ne rentre pas dans la définition de +crimes les plus sérieux+ établie par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP)", souligne le rapport réalisé avec la Ligue de défense des droits humains en Iran, la LDDHI.

Il énumère plusieurs cas au cours des dernières années de personnes exécutées pour homosexualité, consommation d'alcool, adultère... En outre, "l'Iran occupe la première place pour les exécutions d'enfants", souligne-t-il, relevant qu'au moins 67 ont été recensées de septembre 2009 à septembre 2019. "La peine capitale est souvent prononcée contre des mineurs dont on attend les 18 ans pour les exécuter", indique le rapport.

Il cite l'exemple d'Arsalan Yassini, un homme de 30 ans exécuté le 17 août dernier à Ourmia (ouest), détenu depuis ses 17 ans pour avoir tué ses grands-parents. Selon la FIDH, 90 mineurs se trouvaient dans le couloir de la mort en 2019.

"La peine capitale est également utilisée contre des communautés ethniques - telles que les Kurdes, les Arabes et les Baloutches - mais aussi contre des minorités religieuses – sunnite, baha'i et yarésaniste (secte Ahl e-Haqq)", relève le rapport.

Les exécutions sont essentiellement pratiquées par pendaison dans les prisons ou, lorsqu'elles se déroulent en public, sur des grues.

Les condamnés le sont souvent "sur la base d'accusations vagues et d'aveux généralement obtenus sous la torture ou les mauvais traitements infligés en détention, avant le procès", insiste la FIDH.

"Par ailleurs, les autorités iraniennes ont l'habitude de persécuter et de poursuivre les avocats chargés de défendre les condamnés à mort. Certains d'entre eux, comme la lauréate 2012 du prix Sakharov, Nasrin Sotoudeh, sont emprisonnés pour leur travail. Les militants contre la peine de mort sont également fréquemment réprimés", indique le rapport, qui demande en premier lieu un moratoire sur les exécutions.

cf/fz/mr