• Publicite pour Securiglobepublicite pour Neuroplex
  • publicite pour la Desjardins Bankpublicite pour la clinique stat

En Egypte, la pandémie attise la passion du oud
Source: , | December 21st, 2020

En attendant le début de son cours de oud à Guizeh dans l'ouest du Caire, Maïssara Mohamed, voûté sur son instrument, joue de mémoire un air de musique soudanaise qui le transporte loin des tracas de la pandémie de Covid-19.

Passionné, cet ingénieur et musicien de 27 ans est venu de Khartoum en septembre pour perfectionner sa maîtrise du luth oriental à l'école de musique Kipa, qui a ouvert en pleine pandémie.

A l'origine, son "stage était prévu en février, mais avec le coronavirus, tout s'est arrêté", dit-il. Il a finalement pu venir au Caire plus tard mais plus longtemps que prévu pour se "consacrer entièrement au oud".

L'école dispense des cours de sept instruments mais le oud est sans conteste celui qui a le plus de succès, selon Romani Armis, son fondateur. 

"On a une quinzaine d'élèves pour chaque instrument (...) mais pour le oud, on en a environ 25 avec les cours en ligne", assure le mélomane dont c'est l'instrument de prédilection.

La "plupart des élèves" sont des débutants, ajoute la professeure Hagar Aboul Kassem, se réjouissant qu'il y ait "quatre filles parmi eux", dans une discipline dominée par les hommes.

Avec ses origines remontant à plusieurs millénaires, le oud est une des pièces maîtresses de la musique arabe classique, basée sur de complexes échelles de sons nommées maqamât. Longtemps resté un instrument d'accompagnement, il est peu à peu sorti de l'ombre depuis la fin du XIXe siècle.

Fort de ses 25 ans de carrière, le luthier Khaled Azzouz a constaté un engouement "inédit" pour le oud pendant la pandémie, avec une "pression sans précédent sur la demande".

A la tête du plus grand atelier de fabrication d'Egypte avec ses 32 ouvriers dans le quartier d'al-Marg, dans le nord de la capitale, l'artisan fournit la branche cairote de "Beit al-oud", une école dédiée et dotée de plusieurs antennes dans le monde arabe.

Occasionnellement, des enfants du quartier viennent abattre de menues besognes aux côtés des artisans pour gagner un peu d'argent de poche, explique M. Azzouz en montrant des petits garçons enlevant des agrafes de la voûte d'instruments inachevés.

"Instrument qu'on enlace"

L'atelier produit 750 objets par mois et exporte vers 12 pays, de la Suède à la Tunisie en passant par les Etats-Unis et l'Arabie saoudite, son plus gros client depuis 2017.

"Le problème du oud, c'est qu'il faut le travailler trois ou quatre heures par jour et d'habitude, les gens n'ont pas le temps. Mais avec le coronavirus, tout le monde s'ennuie (...) et me contacte par internet pour des commandes", se réjouit-il.

Au 20 décembre en Egypte, plus de 125.500 infections -dont 7.098 décès- ont été officiellement enregistrées et les restrictions (couvre-feu, fermetures) adoptées durant les premiers mois de l'épidémie ont pour la plupart été levées.

Si M. Armis assure que l'ouverture d'une école de musique par temps de pandémie est un "succès", le virus a eu un impact sur l'industrie du oud.

Selon M. Azzouz "l'arrêt du fret" a affecté les importations de bois nécessaires à la fabrication des luths entre mars et juillet, ralentissant la production. 

"Nous fabriquons le oud de A à Z (...) mais l'Egypte n'a pas de forêts, alors tous les bois que vous trouvez ici sont importés" d'Inde, d'où viennent les "meilleurs" comme le Sesham ou le Palissandre, de Chine, d'Afrique ou d'Amérique du Nord pour les autres (ébène, acajou, bois de rose, hêtre), précise-t-il. 

Bien avant la pandémie, Maïssara Mohamed, était déjà "attiré comme un aimant" par la capitale égyptienne, raconte-t-il, évoquant l'héritage de maîtres égyptiens comme Riyad al-Sonbati et Mohamed al-Qasabgi, qui a composé et joué les plus grands succès de la diva de la musique arabe Oum Kalthoum. 

"Je joue de quatre instruments mais le oud est sûrement mon préféré parce c'est un instrument qu'on enlace (...) Il traduit tout ce qu'il y a à l'intérieur de vous", ajoute-t-il, l'air rêveur, en accordant son luth.

A Kipa, les groupes ont été limités à deux élèves dans une même pièce et M. Armis veille à ce qu"il y ait "toujours de l'air frais" dans les locaux.

"Ainsi, les élèves viennent en confiance (...) se débarrasser via la musique de leurs soucis en cette période" difficile, résume le trentenaire.

"On a su résister", affirme-t-il fièrement.

hha/emp/mdz